Pouffe mais, point trop n'en faut !

Pouffe mais, point trop n'en faut !

Articles pas bien définis

Petite mixture de tout, de rien...


Toucher douceur et fleurs vénéneuses.

 

                    

La magie qui transporte et transforme l’oeil vitreux en émeraude. 


 

Rien qu’un point d’interrogation à l’envers pour plus de réalisme et moins de frayeurs enfantines.


                       En eaux profondes et noires, mon pied se perd et se noie pour ne trouver que l’effroyable néant. Ce néant qui me ronge mon intérieur pour m’anéantir au plus près de l’onirisme qui plane.

Mais voilà, Il l’a enfermé.
                                                                           Menotté.
Cloisonné en un miroir inoffensif.

Jolie cachette aqueuse qui t’enferme dans un monde de pureté.



Portes moi.
Tu m’appartiens à présent.
Toi tout proche de moi.
Tu es mon trésor dompté.
                                  
Mon morceau câlin-chagrin. 

Petit bout d’univers particulier. Petit placard protecteur contre bête noire monstrueuse. Il t’as créé à son image. Alors je plonge et me sert contre ton duvet soyeux. Seul ce contact d’animal désespéré m’étouffe de bonheur. Mourir contre toi pour renaître autre. Renaître mon Moi, comme avant que la bourrasque ne m’ait emporté loin de ce bel univers. 

Je t'offre mon innocence en échange de la confiance...


Tu m’appartiens. À tout jamais. Avec ta lueur protectrice comme seule guide face aux ténèbres de l’avenir. 


Texte inspiré de la photo réalisée par Aurélien Rousseau.
http://500px.com/aurelienrousseau

Cygne 2.jpg


10/07/2014
6 Poster un commentaire

La princesse Bulle des Paradis perdus

  Il était une fois, une petite bulle qui marchait sans but particulier dans sa forêt peuplée de peluches. Elle sautillait au milieu des paillettes et des papillons qui voletaient autour d’elle. « Tout cela est tellement beau que ça me comble d’une joie infinie » se glorifiait-elle. Jamais elle ne pourrait être plus heureuse. C’était son évidence.

 

Cependant un jour, alors qu’elle se sentait en parfaite sécurité, une vieille femme bien laide vint lui parler. La sorcière *bin oui, c’était une sorcière, vous n’aviez pas compris ?!?* lui dit avec une voix doucereuse :

   "- Princesse Bulle, n’auriez-vous rien perdu ?

   - Perdu ? Non, je ne vois pas… J’ai tout ce qu’il me faut.

   - En êtes-vous bien certaine ? Etes-vous parfaitement heureuse ?
   - Oui, bien évidemment !
   - Même depuis que vous avez perdu la perle qui était dans votre cœur ?

   - Oh, la petite perle qui faisait plein de lumière ? Elle était jolie, mais je ne crois pas qu’elle m’était bien utile…
   - Ah, tient dont… ! Alors, je vous mets au défi de la retrouver et de réussir à trouver un moyen de la conserver. Si jamais vous veniez à la perdre à nouveau, vous ne seriez plus protégée et là, vous m’appartiendrez et je pourrais vous arracher les tripes pour décorer mon antre !!" Conclu la sorcière dans un rire diabolique avant de disparaître dans le brouillard.

Bulle était choquée. Déjà pourquoi cette femme avait dit qu’elle était une princesse ? Et puis c’était quoi cette histoire de perle et de protection ? Certes cette perle était sympa à voir comme ça, mais bon, était-ce une raison suffisante pour faire un patacaisse pareille de ce truc qu’elle avait pommée elle ne savait ou ! Non, mais sérieux, c’était quoi ce délire ?!?

 

Néanmoins, elle se dit qu’il lui fallait comprendre. Elle partit donc faire une sorte de quête pour savoir si elle ne pouvait pas « remplacer » sa perle et surtout savoir ce que c’était réellement.
Elle décida d’interroger tous les animaux qu’elle croiserait sur son chemin… Le lapin Pitiboule fut le premier qu’elle vit. « Pitiboule, tu ne saurais pas où est la perle que j’avais dans le cœur ? Et surtout, saurais-tu à quoi cela pouvait bien servir ? » questionna t-elle anxieusement. « Non je ne l’ai pas vus, répondit-il. Par contre, il me semble que cela servait à t’aider à respirer mieux… ». Bulle le remercia et poursuivit sa route.
Ensuite, elle rencontra l’éléphant Trompette et lui posa les mêmes questions. Celui-ci dit ne pas avoir vu la perle et que selon lui, elle servait à alléger les problèmes. Après avoir longtemps marché et parlé à quasiment tous les animaux, elle en arriva à la conclusion que la perle servait à :

  Mieux respirer

  Alléger ses problèmes

  Se sentir belle

  Avoir plus confiance en elle

  Être moins seule
  Avoir l’occasion de faire don d’elle-même

  Pouvoir accomplir plus de choses

  Se surpasser

Bon, tout cela était bien beau, mais ça ne lui disait toujours pas ce que c’était. Cette perle devait bien avoir un petit nom bien à elle, non ? Et une fonction qui résumerait toutes les qualités éparses qu’elle semblait avoir…

 

D’un coup, la vache Patachou jaillit devant elle. Elle apostropha Bulle abruptement :

    "- Il paraît que tu cherches ta perle ?
     - Oui, il est vrai que je ne sais ou elle est, et une vieille femme toute moche m’a dit qu’elle me tuerait si je ne la retrouvais pas cette satanée breloque !
    - Satané breloque ?!? Mais tu es complètement à la masse ma pauvre fille !! Comment peux-tu parler de la sorte d’une chose aussi précieuse et importante ? Pfffeu, tu mériterais vraiment de crever sous les ongles crasseux de la sorcière tiens ! 
    - Pourquoi être si méprisante ? Explique- moi de quoi il s’agit… S’il te plaît… Et je te promets qu’après, quand j’aurais compris, j’en prendrais grand soin.

   - Ta perle… Elle s’appelle Amour. C’est la plus belle chose qui existe. Mais elle demande beaucoup de soin, d’attention, d’abandon et de confiance pour qu’elle agisse correctement. Tu ne peux pas la traiter comme un vulgaire objet. Il faut que tu aies toujours conscience de détenir un trésor. Et ainsi, tu ne l’as perdra plus jamais. On ne perd jamais quelque chose que l’on chérit jour après jour… Je vais t’en donner une. Libre à toi de l’utiliser de la meilleure manière qui soit. Si tu ne le fais pas, tu sauras ce qu’il t’attend… Bonne chance à toi !"

   Le soir venu, la sorcière revint. Elle fut aveuglée par la perle et mourut aux pieds de la Bulle. Néanmoins elle eu quand même le temps de souffler : « Si jamais tu l’as perds à nouveau, c’est cela qui me rendra la vie ! Prends garde à toi petite demeurée !!! ».
C’est ainsi que la Princesse Bulle eut la vie sauve. Mais, pour combien de temps… ?


9b6b9ba8d8108eb88864880a1034fb8d.jpg


20/09/2013
2 Poster un commentaire

Quand j'arrêterais de me prendre pour une princesse...



Petite princesse au visage ravagé.

Petite princesse au cœur lacéré.
Petite princesse aux yeux étoilé.

   En ce jour de fracassant silence
   Les mots dechirent les tympans dans l'absence.

Ronde éphémère, de sentiments amers
Qui ne cherchent qu'à se tempérer
Mais qui se broies dans l'indifférence répété.

Recouvres moi d'un linceul de fleurs
Viens et apaise mes pleurs
Ne ressuscite pas la torpeur.

                     Saches que les pluies de fleurs ne rebutent pas mes peurs...

Petit cheval fou
Qui tombe, se blesse
Mais ne crains pas le loup.

La mer est calme, regardes moi
Paradigme d'un amour qui n'est pas.

 

La mer est calme...
Profites en pour m'arracher à ce monde
Pendant que je m'extrais de ma tombe.

Vois mon amie, la mésestime
Ne te détournes pas de ma psyché
Aimes ce corps entaché
Par cette chaleur qui l'anime.

 

                               Saches que la désillusion du néant n'a pas atteint la candeur.


Tu n'es qu'un
Là se cache peut-être
La peur de ne plus être
Une particule dans ta main.

 

 

 

(Oui bon, quand j'écris ce qu'il me passe par la tête, cela se transforme très rapidement en gros bordel narcissique... Je reviendrais plus tard avec un écrit plus normatif, joyeux, compréhensible, toussa toussa.)

 



 




01/05/2013
0 Poster un commentaire

Un ou une ordinateur ?

 
 
Une enseignante francophone expliquait à sa classe que dans la langue française, les noms, contrairement à l'anglais, sont désignés au masculin et au féminin.
 
Par exemple : maison est féminin... une maison ;
crayon par contre, est masculin...un crayon.
 
Un élève demanda à l'enseignante de quel genre est donc le nom ordinateur.
 
Au lieu de donner la réponse, l'enseignante a séparé la classe en deux groupes, garçons et filles, leur demandant de décider d'eux-mêmes si ordinateur est masculin ou féminin. Elle a demandé à chaque groupe de donner 4 bonnes raisons pour appuyer sa recommandation.

Les garçons ont décidé à l'unanimité que "ordinateur" est effectivement du genre féminin (une ordinateur) parce que :

1. Personne d'autre que son créateur ne comprend sa logique intérieure;
 
2. Le langage de base que les ordinateurs utilisent avec d'autres ordinateurs est incompréhensible pour quiconque;
 
3. Même la plus petite erreur est conservée en mémoire à long terme pour être ramenée à la surface plus tard;
 
4. Aussitôt que vous utilisez régulièrement une ordinateur, vous vous exposez à dépenser la moitié de votre chèque de paie pour acheter des accessoires pour elle.
 
Le groupe de filles, toutefois, a conclu que l'ordinateur est de genre masculin parce que :

1.. Afin d'accomplir quoi que ce soit avec lui, tu dois l'allumer;
 
2. Il est bourré de matériel de base, mais ne peut penser par lui même;

3. Il est sensé régler beaucoup de problèmes, mais la moitié du temps, c'est lui le problème;

4. Aussitôt que tu en utilises un régulièrement, tu te rends compte que si tu avais attendu un peu, tu aurais obtenu un meilleur modèle.
 
Les filles ont gagné !
Message aux femmes intelligentes et aux hommes qui aiment rire...

 

Sinon, blague à part, vous avez atteint les 100 commentaires... Donc, comme promis vous aurez le droit dans les prochains jours à un petit concours. Bon, je vous avoue qu'il n'est pas encore tout à fait pret, donc il faudra peut-être attendre un chouïa... Deux de tensions la fille !

En tout cas, je me répète *la faute à mon grand âge* mais, je suis vraiment touchée et éblouie par toutes vos participations ici. Pour un blog assez récent, je suis dépassé par les événements !

Merci à tous.

 


21/04/2012
5 Poster un commentaire

Chérie, on va pêcher ?!

 

 Un homme appelle sa femme et lui demande, «Chérie, on m'a invité pour un voyage ...de pêche avec mon patron et quelques-uns de ses amis. Nous serons partis pour une semaine. Cela représente une bonne opportunité pour moi d'obtenir cette promotion que j'attends depuis si longtemps alors peux-tu SVP me faire une valise avec assez de vêtements pour une semaine entière et préparer ma ligne et mon coffre de pêche. Nous partirons directement du bureau et je passerai par la maison rapidement pour prendre mes affaires.
Oh, SVP peux-tu mettre dans mes bagages mon nouveau pyjama en soie bleu».
L'épouse trouve bien étrange l'histoire de son mari mais en bonne épouse qu'elle est, elle fait exactement ce que son mari lui a demandé.
La semaine suivante, le mari revient à la maison un peu fatigué mais somme toute, content de son voyage.
Sa femme l'accueille à la maison et lui demande s'il a pris du poisson et combien il en a pris?
Il lui répond : «Oh oui, beaucoup de saumons, des truites bleues et quelques espadons. Mais au fait, pourquoi n'as-tu pas mis dans mes bagages mon nouveau pyjama en soie bleu comme je te l'avais demandé» ?
Et sa femme lui répond, «Je l'ai mis.... il est dans ton coffre de pêche.. ».

 


23/02/2012
2 Poster un commentaire

Mon Ston, moi et... les autres !

 

 Mes toutes premières photos faites avec mon appareil photo avec qui je vais me marier...

Très vite comme ça, la sensation "réfex" c'est un autre univers. On a l'impression de pouvoir capturer le monde entier avec cette merveille. J'ai l'impression d'être une déesse a qui personne ne pourra resister car je peux voler quasiment tout ce que je veux. Je ne ressens plus le carcan serré du compact ou c'était moi qui devait me plier aux difficultés d'expressions de mon pauvre petit appareil...

 

Maintenant, la moindre scène, la moindre lumière, le plus petit être vivant peux devenir mien en une seule pression de doigt. C'est magique, insencé tellement je prend conscience de toutes les beautés qui m'entourent et dont je pourrais ainsi faire part au reste du monde *oui, bon heu, arrêtez-là les gens sinon elle va finir par croire qu'elle va nous contrôler tout l'univers la gamine !!!*.

 

Enfin, plus prosaïquement, voici 3 petites photos sans prétention, malgré ce qui a été dit plus haut !

 

L'amour de ma vie dont je parlerais avec plus amples détails plus tard :

 

 

Petite saute d'humeur narcissique :

 

 

Deux potes croisés en chemin qui m'ont fortement émue :

 


28/01/2012
4 Poster un commentaire

Montres moi tes mains, nan mais !

 

Il m'est arrivée un truc un peu dingue dernièrement. Enfin plusieurs, mais bon, si je vous raconte tout de but en blanc comme ça, je sens que certaines bonnes âmes vont se sentir dans l'obligation d'appeler les urgences psychiatriques...

 

Donc, je me promenais gentiment avec le bec enfariné comme d'habitude avec mon tout rutilent reflex dans son joli sac violet. Arrivée au dessus de la gare de chemin de fer, je vois un joli coucher de soleil avec l'argenté des rails qui ressortent. Illico je dégaine mon appareil photo. Là, plusieurs personnes ralentissent pour pouvoir se rendre compte de mais-caisse-quelle-photographie-la-dinde-y'a-rien-ici ?

Et, je fais le chef-d'oeuvre du siècle. CQFD... Ceci étant fait, je remet tout ce joli bazar dans mon sac.

Quand...quand...une petite mamie se plante en face de moi, me jauge avec un air d'instit sévère et me dit avec beaucoup d'emphase :

 "Qu'est ce que vous rangez dans votre sac ?"

Heeeeuuu... Je reste un peu clouée et fini par lui répondre complètement à côté de mes pompes :

"C'est une grenade de la 1ère Guerre Mondiale..." juste avant de manquer m'étouffer de rire devant la connerie monstrueuse que je viens de déblatérer.

Elle a repris sa route en maugréant que "ha, ces jeunes tsss...!".

 

Non, mais sérieusement c'était quoi cette phase bizarre ??

 

Voici LA photo... ça valait le coup ou j'aurais dû balancer mon reflex sur les rails ?

 


19/01/2012
9 Poster un commentaire