Pouffe mais, point trop n'en faut !

Pouffe mais, point trop n'en faut !

Comment je suis morte, et puis, finalement non...

 

 

C'est la fin...

J'ai une angine qui s'est transformé en rhume, otite, rhinopharyngite, bronchite et que sais-je encore comme maladies mortelles ! Bref, vous l'aurez compris, je suis à deux didis du trépas...

 

Hors, tout ceci ne me rendant guère très jouasse *j'ajouterais même : de très mauvais poil*, je me lève ce matin avec grande difficulté à 11h30 *la honte s'abat sur moi*. Je déambule jusque dans la cuisine en toussant, crachouillant, éternuant, la bave aux lèvres et le poil terne *on est glamour où on ne l'est pas...*. L'impression d'avoir un semi-remorque qui se balade dans ma tête ne m'aide pas à distribuer ma bonne humeur de si bon matin. C'est ainsi que, l'oeil torve, je me dirige vers ma mère pour lui donner le bonjour. Au vus de l'heure avancée, celle-ci me demande ce que je désire manger. Je l'a regarde de travers, et lance telle une héroïne de tragédies grecques : "Maman, comment veux-tu qu'une pauvre créature mourante, telle que moi, puisse avaler la moindre nourriture ?? Sauvage, vas !!". Ma mère avec philosophie : "Bon, ça doit vouloir dire que comme hier tu ne mangeras rien...".

C'est ainsi que je me retrouve à patauger dans ma baignoire à l'heure du repas et, que je manque m'endormir dedans. Enfin sortis de mes ablutions, je m'égosille sur deux, trois chansons communément entendus dans les tavernes, tout en m'habillant. Puis, je saute sur facebook. J'ai envie de râler, je ne me sens pas bien, j'ai des boutons pleins la tronche, bref, ça va mal. Et là, l'homme me cause...

*Attention, là, nous allons sombrer dans un monde de paillettes et de niaiseries*. Il est à noter *pour tout bien comprendre* que, lorsque l'homme me parle, il faut TOUJOURS que je commence par l'ensevelir sous tout un tas de futilités et de pensées insipides. C'est une technique très pointue qui lui permettra de savoir, si un jour mon compte fb est piraté et, que d'un coup d'un seul, il se retrouve avec des réponses sensées et intelligentes que ça ne sera pas moi de l'autre côté de l'écran ! Je sais ce que vous vous pensez : cette nénette aurait pu bosser à la CIA !! *C.Q.F.D*. Bref... l'autre point notoire avec l'homme c'est que, dès que je lui parle, je me calme et surtout : j'ai faim !! Pour des raisons de politiquement correcte sur ce blog, je ne m'attarderais que sur la faim qui concerne la nourriture et non l'autre sorte de faim que me déclenche l'homme. Faut pas pousser mémé dans les coquelicots hein !!!

 

C'est donc ainsi, qu'à 14h30, je me dirige cette fois-ci, d'un pas alerte vers le salon... Le Ston (mon chat) était en train de dormir et ma mère tentait de se faire une petite sieste. D'éboulement de l'enfant terrible précédé d'une toux à décorner des biquettes.

Ma mère, un poil choqué : "Tu pourrais prévenir !"

Moi, avec l'air d'un oisillon tombé du nid : "J'ai faim !!!"

Ma mère, avec sa tête spéciale c'est-la-fin-du-monde : "A cette heure-ci ? Bon, heu... bien qu'est-ce que tu veux ?"

Etant une grande fille, je lui dis que c'est bon, je gèèère. C'est ainsi qu'à 15h, je me suis retrouvée devant une poêle entière de pommes de terre/jambon végétal/champignons/oeufs.

A la vue de mon repas qui aurait largement pu nourrir deux personnes, les autorités parentales s'inquiètent : "Tu es sûre que tu vas manger tout ça ? Tout à l'heure, tu n'avais pas faim..."

Moi avec un aplomb sidérant : "Oui, mais c'est Aurélien qui m'a donné faim.". Air dubitatif de ma mère qui après 26 ans à suivre toutes mes sautes d'humeurs et ma logique qui n'est logique que pour moi, ne cherche plus à comprendre.

 

 

"Et, heu, le dit Aurélien ne pourrait pas te faire passer ton rhume aussi ?"

...

Je crois que, ma logique déteint un peu trop sur ma mère là...!

 



29/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres