Pouffe mais, point trop n'en faut !

Pouffe mais, point trop n'en faut !

Le courage de vivre

  Une phrase m’a sauté à la figure alors que je parcourais *d’un œil morne* mon facebook : « Le suicide n’est pas une solution » et « Le vrai courage, c’est le courage de choisir de vivre ». Bien bien bien…

Alors que le suicide ne soit pas « une solution » j’ai un peu envie de dire : vous êtes qui pour déterminer qu’elle est LA solution pour un autre être humain ? Attention, je ne prône pas le suicide dans une vie. Mais il me semble que nous sommes trop « petits » pour nous permettre de juger une personne qui l’aurait fait.
Il m'apparait que certaine personne considère cela comme une « facilité ». Je ne crois pas. Il ne me semble pas que les gens se suicident comme ça du jour au lendemain. Genre je me lève le matin et je me dis : « Tiens je ne sais pas quoi faire aujourd’hui… Ah bien, si je me suicidais ! En voilà une idée qu’elle est bonne !! ». Selon toute logique, la personne a souffert moralement ou physiquement pendant longtemps et au final, « ça » a lâché. Peut-on reprocher à quelqu’un d’avoir été à bout de force ? De quel droit se permettre de vouloir avoir une sorte d’emprise sur sa vie passée ?

 

Et cette envie de palabrer sur une mort qui, au final, ne nous concerne en rien, n’est-ce pas une manière de se rassurer sur le rôle que nous aurions peut-être dû jouer auprès de la personne ? Les « il/elle aurait dû se battre », « il/elle aurait dû demander de l’aide » sont à mes yeux qu’une misérable façon d’accuser une victime. L’aide ne se demande pas. Elle se donne… Et se battre quand on est seul à le faire est-ce si aisé ? Personne n’aime la « souffrance longue durée ». Au bout d’un moment, tout humain ayant son taux normal d’égoïsme fini par se détourner des situations qui ne le concernent pas directement.

Déjà, entre nous, combien d’entre nous tous ici pensons à envoyer ne serait ce qu’un petit sms RÉGULIÈREMENT à une personne que l’on sait aller mal ? Je parle des sms sur des années. Pas du simple sms parce que la personne va mal pendant 1 semaine suite à un gros rhume par exemple… Et ça n’est qu’un exemple !

 

Alors qui sommes nous pour savoir si la vie d’autrui est dure ou non ? Ça changera quoi pour la personne qui souffre de souffrir jusqu’à sa mort « naturelle » ? Nous, nous ferons quoi pour elle ? Nous lui offrirons une petite coupe en métal pourrie avec une petite inscription en lettres dorées : « Bravo, tu as été hyper courageux ! Tu as vécu dans la souffrance et l’amertume en attendant ton enterrement. Félicitations !! ». Qui essayons nous de préserver ainsi ? La vie de la personne ou notre petit confort personnel de savoir que la personne fait toujours partie, quelque part, de notre décor bien rassurant ? Égoïsme quand tu nous tiens…

   Bref, à mon avis parler de courage est une notion complètement indigeste. Parlons plutôt de ce que nous contrôlons nous : la compassion, le respect, et l’amour. Cela nous est déjà suffisamment difficile à priori…

Ps : À mon enterrement, je souhaiterais des roses orange/jaune. Et évitez de balancer de la terre ou je ne sais quelle autre cochonnerie avec mon cercueil... Des fraises tagada ça sera parfait ;) Merci par avance !

 


fleur.jpg



12/12/2013
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres