Pouffe mais, point trop n'en faut !

Pouffe mais, point trop n'en faut !

Stoppez tout : je suis amoureuse !!

   Le petit nom de mon coup de foudre ? *soupir extatique* → Viksen...
Mais, je me dois de démarrer du début, une grande histoire d'amour ne commençant jamais au milieu de nul part de la sorte !

Donc un beau matin, j'ai réalisé que mon corps avait fichtrement changé. Bon je suis une habitué de passer d'un 38 à 42 en un coup de baguette magique mais quand même. Ce matin là, un truc louche se tramait... J'avais très mal au dos et aux seins. Un peu comme si un truc essayait de me sortir de l'intérieur, voyez vous ? *genre la nana a un alien dans le nibard !* Au vus de mon âge semi-canonique (la trentaine bientôt, ma brave dame) il ne pouvait s'agir ni de la puberté ni de la ménopause. Avant de baliser complètement et d'aller courir dans la rue en culotte petit bateau, hurlant "Mais que m'arrive t-il ? Aidez-moi !!", je me suis attentivement observée dans un miroir. Vous savez "le miroir", l'objet qui est un mensonge à lui tout seul ? Bien voilà, cette chose me renvoyait l'image de seins que je ne connaissais guère *s'il vous plait, quelqu'un aurait il vus MES seins trainer quelque part ??* . Forte de cette découverte qu'ils ne se ressemblaient plus, je me suis bien pensé que niveau soutient-gorge, il y allait avoir une demande de divorce entre tout ce joli petit monde. Aussi m'en allais-je d'un pas alerte vers le temple de la consommation.

Arrivée à Etam. Les panneaux m'indiquent que 80% des femmes ne connaissent pas leur véritable taille. Génial : pour une fois que je rentre dans une moyenne ! La vendeuse vient donc me demander si je connais ma taille. Je lui montre mon soutien gorge qui "déborde". Elle en conclus qu'apparemment non. Une fois les mesures prises, elle m'annonce un 95D. Et là, le monde s'écroule. Je porte un 90B... Que s'est-il passé dans la nuit du 10 au 11 décembre ?? Stoppant là mes réflexions hautement métaphysiques, charmante vendeuse revient avec la bête à "ma" *? c'est une blague non ?*  taille. Je zyeute la chose et manque pleurer. Le truc ressemble à un panier à provisions. Et comment ais-je fait pour me choper un dos aussi large ?? Bref, j'essaye et ça ne va pas. Une dizaine de soutifs plus loin "ça" ne va toujours pas. J'ai envie de gueuler à la mort qu'il faut qu'on me rende MES seins !
Des jours à me lamenter en regardant le foutu soutif qui me donne un corps que je n'aime pas, que je ne connais pas. Et impossible d'en trouver un autre qui puisse m'aller à peu près. C'est une évidence : mes seins sont devenus difformes. Ingérables. Incontrôlable. Entre eux et moi plus rien ne va.

Traînant ma misère et ma tristesse sur le web, je vais jeter un oeil au blog de Tête de thon parce que cette fille sait toujours me remonter le moral *genre la nana elle n'écrit que des articles pour moi et mes névroses désopilantes*. Et là, elle me parle d'un magasin de lingerie formidable pour les "grandes tailles". Alors il semblerait que mon 95D et moi rentrions dans les "grandes tailles". Ce nouveau constat me laisse amère et dubitative. Pourtant, je ne vais pas faire mon hypocrite : je rêverais de me faire siliconer si j'en avais les moyens et si j'étais moins pétocharde ! *Je verrais donc cela dans une autre vie*. Alors allez comprendre mon problème... Bref, v'la Tête de thon avec son bon sang de bonsoir de corps de déesse et un magnifique ensemble qui l'a rend grave bombasse. Et là, le déclic se fait : JE VEUX ÊTRE UNE BOMBASSE !! *Vaste programme*
Je décide donc de me rendre dans cette prétendue fabuleuse boutique qui va me servir de thérapie de couple entre mes seins et moi. Ou tout l'ensemble de mon corps si possible. Genre la méga grosse utopie de l'année. Bref...
Cependant, des doutes me tombent dessus. Je ne vois pas comment je pourrais trouver quelque chose là-dedans avec mes minis seins. Si ça se trouve la vendeuse va me ricaner au nez et me trouver présomptueuse de venir ici. Car ils font du 75 au 125  et du bonnet D et plus. Et question bas c'est du 36 au 56. Avec ma chance caractérisée, la vendeuse de chez Etam s'est gourée et je fais un bonnet A. Allez savoir... Mais dans un accès de courage et de bravoure sans commune mesure, je pousse la porte de chez Viksen...

Nouveau chapitre : Viksen ou le Paradis sur terre.
La boutique qui se situe au 16 rue Saint Sauveur, est tout bonnement magique. Toute mignonne et intimiste. Là nous n'avons pas l'impression d'être noyée sans savoir ou regarder. Attention cela ne voulant absolument pas dire qu'il n'y a pas de choix loin de là !! Et une gentille vendeuse (Constance) vient me demander si je veux de l'aide. Comment lui expliquer que j'ai des seins tout neufs et que je ne sais qu'en faire, que je sais encore moins du combien ils font, et que je pense que je n'ai pas ma place dans sa jolie boutique ? Un "je ne sais pas ce qu'il me faut" me semble approprié, accompagné de ma somme maximale à dépenser.
Alors pour toutes celles qui se sentent perdues et qui ont l'impression que leur corps à fait une conspiration contre elles, vous pouvez aller les yeux fermés chez Viksen ! J'ai essayé plein de tailles, plein de modèles. J'ai cru que je n'arriverais jamais à trouver ce qu'il pourrait m'aller. J'ai flippé que la vendeuse en ait ras-le-bol et qu'elle me laisse en plan avec mes seins effroyables. C'était mal connaître Constance ! Elle m'a dit d'une voix rassurante qu'on allait trouver et effectivement, le miracle s'est produit. J'ai le sein qui a frétillé de joie dans un 90E. Et le mieux ? C'est que là, je n'ai pas faillis pleurer dans la cabine comme chez Etam tellement je me sentais seule et perdue. Je n'ai pas eu envie de pleurer non plus quand elle m'a apporté le modèle qui ne ressemble en rien à un panier à provisions !! Bien au contraire. Je me serais presque sentie terriblement sexy !
Voilà comment un magasin m'a permis d'apprivoiser un peu mon image. Et sincèrement, je ne pense pas que j'aurais pu avoir ce bénéfice dans n'importe quel magasin. Là-bas, les vendeuses font vraiment attention à vous. Elles vous écoutent pour de vrai et ne tentent pas de vous refourguer tout et n'importe quoi. Et puis surtout, dans une cabine d'essayage en général c'est affreux : on voit tous nos défauts. On se sent comme un vilain petit canard. Là, je ne sais pas si ce sont les vendeuses, le décor ou quoi ou qu'est-ce, mais je vous jure que l'on se sent bien. Protégée.

Tout ça pour dire, que Viksen c'est mon amour pour la vie. Je n'achèterais plus aucun soutient gorge ailleurs. En même temps, j'ai explosé mon budget lingerie car j'y suis déjà retourné au début des soldes. Et vous voulez un secret ? Je me suis tellement sentie bien que je me suis pris des ensembles, alors que d'habitude, mon corps m'énerve tant que je ne vois pas l'intérêt de lui "donner" un ensemble coordonné. Première fois de ma vie ou j'ai envie de remercier un magasin... Alors merci Viksen ♥

Viksen ou ma révolution corporelle !!

 

viksen.jpg

 



15/01/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres