Pouffe mais, point trop n'en faut !

Pouffe mais, point trop n'en faut !

Une sombre histoire d'anniversaire

 

 

    Aujourd'hui, je me suis réveillée pleine d'allant. Bon, je sais, vous n'êtes pas dupes... J'avoue, j'ai un peu chu de mon lit, avec les cheveux pleins la figure et je me suis dirigée d'un pas lourd vers ma salle de bain. *Amis de tous les cétacés, bienvenue chez moi...*. Ayant retrouvé un semblant d'humanité, je m'arme de mon portable pour envoyer un sms à Monsieurquimefaittoujoursrêver puisqu'aujourd'hui, c'est son anniversaire.

 

Alors... il est à savoir que les anniversaires sont, chez moi, une source intarissable de nervosité surtout quand il s'agit de celui mon homme. J'ai toujours peur de l'oublier, ou de me tromper de date, ou de ne pas savoir quoi lui dire en dehors du "bon anniversaire" qu'il aura déjà entendu 46 fois avant le mien. Je suis aussi une pro pour oublier le cadeau au moment où je le vois. D'ailleurs, en parlant du cadeau, je passe des heures à tourner autour, comme si l'objet allait me péter à la gueule, avec une question obsédante : "Est-ce que ce chôse va lui plaire ???".

C'est comme cela que ce matin, après avoir passé un mois à ressasser que "ça" allait arriver, "ça" y était, c'était enfin le jour tant attendu. Je rassemble donc mes trois neurones, je les connecte et j'envois le fameux sms que je-suis-persuadée-qu'il-en-a-reçu-une-trentaine-de-similaires-depuis-qu'il-est-levé. Ce qui, en y réfléchissant bien, est un poil inquiétant, car cela signifierait qu'il y aurait une trentaine de personnes amoureuses de lui... Hum... J'ai peut-être tendance à voir les choses de manière un chouïa exagérées.
Bref, le sms étant envoyé, je fais ma petite vie comme si de rien était. Puis je fonce sur fb *sait-on jamais, qu'un truc complètement dingue se soit passé dans la nuit et que ma vie dépende de cette nouvelle...*. Et là, sur le mur de Monsieurquejesurveilledetrèsprès c'est le vide intersidéral. Rien. Niet. Pas le plus petit bout de mot se rapportant à l'événement. Même pas le fabuleux "bon annif" que certains paresseux en panne d'inspiration nous mettent histoire de dire "t'inquiètes, je n'ai pas crevé ou fini dévoré par des Chiwawa atteints de la rage".
C'est à ce moment précis que ma vie bascule. Je sens l'hystérie me gagner sauvagement. Me serais-je trompé de jour ??

Ni une ni deux, je chope fermement mon portable et fait mon appel spécial "Chéri-c'est-la-castatrophe". Monsieur-je-suis-calme-quoi-qu'il-arrive qui, à présent connaît bien sa dulcinée et doit se demander qu'est ce qui va bien pouvoir encore lui tomber sur le coin de la figure à chaque fois qu'il voit mon nom s'afficher, répond avec sa voix de steward que j'affectionne tant. Ânonnement angoissé au bout du fil *qui a remplacé le "bonjour", "tu vas bien ?" ou "merde"* "Heu, ôtes moi d'un doute : c'est bien ton anniversaire aujourd'hui ?".
Gloussement amusé de Monsieur-qui-en-a-vus-d'autres-avec-moi. Il est vrai qu'il m'a rarement eu au téléphone, complètement détendue, mais, il me semble s'être fait à cette situation. Il a une nana qui lui parle à 100 à l'heure, lui fait part de toutes les turpitudes de ses trois neurones, lui pose des questions qui n'ont de sens commun que pour elle, frôle la crise d'apoplexie à chaque inspiration, mais : il s'en fout. Pire, Monsieur-j'ai-une-nana-hystérique-et-je-le-vis-bien, a l'air de trouver cela normal...
Enfin, une fois de plus j'ai essayée de faire les choses le plus normalement du monde aux yeux de Monsieurquejetrouveextraordinaire et, j'ai lamentablement échouée.


Bref, aujourd'hui c'est son anniversaire...

 





14/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres