Pouffe mais, point trop n'en faut !

Pouffe mais, point trop n'en faut !

La mélodie du bonheur.

 

 Elle était en train de danser au milieu de son jardin fait de roses de toute espèce et au multiple couleur. Tout à sa joie et son bonheur, elle ne vit pas la fille et le jeune homme qui l’observaient dans l’ombre…

 

« Cette pétasse est mauvaise. Elle détruira ta vie si tu la laisse faire », dit la fille au jeune homme.

« - Elle est spéciale parfois, c’est vrai, mais peut-être pas si méchante que ça… Se défendit mollement le garçon.

- Attends, elle aime les roses !! Ça veut tout dire ! Ces foutues fleurs sont peut-être belles, mais elles piquent. Je leur trouve une certaine ressemblance avec elle. Ne penses-tu pas ? S’enquit la fille avec un sourire doucereux.

- Peut-être… Répondit-il avec précaution.

- Pfeeeu, décidément, je me demande si un jour tu réussiras à te positionner ouvertement sur quelque chose. » Dit-elle dédaigneusement.

Elle lui ordonna alors d’aller couper toutes les roses dès qu’Elle aurait le dos tourné.

« - Je ne peux pas faire cela, s’indigna le jeune homme. Ça lui fera beaucoup de peine ! Et puis c’est ma copine malgré tout... Ajouta t-il presque honteusement.

 - Lui faire de la peine ? Mais que veux tu que cela me fasse ??? Moi, je ne les supporte pas ses maudites fleurs qui l’a rende heureuse. Si tu veux mon bonheur, fait le. Après tout ce que moi, j’ai fait pour toi, tu peux bien me rendre ce service, non ? Tu sais très bien que moi, je ferais tout pour toi… »

 

La nuit tombée, le jeune homme alla massacrer toutes les fleurs du jardin. Quand Elle se leva, elle aperçue par sa fenêtre l’affreux désastre. Elle courut dehors et pleura au milieu des pétales épars. Le jeune homme caché au même endroit que la veille, avec la fille, commençait à silencieusement regretter son geste. La fille par contre jubilait. « Je vais aller la voir » déclara t-elle sur un ton péremptoire tout en se levant. Il tenta de la retenir : «  Non, ne fait pas ça. Elle souffre déjà bien assez, et surtout je ne veux pas qu’elle sache que c’est moi qui l’ai fait ». La fille fît mine de se rasseoir puis bondit d’un coup hors de sa cachette.

 

« - Alors, tu contemples l’œuvre de ton homme ? » Demanda la fille avec un sourire carnassier.

«  - C’est lui qui a fait cela ?

- Oui. Je crois qu’il en a eu assez que tu le traites comme un chien. Depuis le temps qu’il est malheureux avec toi, il fallait bien qu’il s’exprime un jour ».

Complètement décomposée, Elle demanda ou il était. Quand la fille lui montra l’endroit, il n’y était plus.

Elle couru alors jusque chez lui pour avoir une explication. Furieuse elle lui hurla à deux centimètres du nez. Il baissa la tête et expliqua qu’il n’y était pour rien, que c’était la fille qui l’avait obligé à faire cela, mais que lui ne le voulait pas. « ça n’est pas de ma faute » se défendit-il.

 

Elle était dépassée. Elle ne réussit pas à fermer l’œil de la nuit. Le lendemain, à bout de nerf, elle se rendit chez la fille. Là, elle l’a pris par surprise et l’étrangla sauvagement. Mue par une violence qu’elle ne se connaissait pas, Elle lui sectionna tous les membres et les mis dans un sac. Ainsi chargée, elle se dirigea vers la maison du jeune homme. Arrivée face à lui, elle lui balançât un à un les morceaux de la fille à la figure.

« ça n’est pas de ma faute… » justifia t-elle.

 

 Ps: article déjà paru sur mon autre blog, mais je voulais le conserver...



25/01/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres