Pouffe mais, point trop n'en faut !

Pouffe mais, point trop n'en faut !

Ma nuit d'amour avec...

 

… une moissonneuse-batteuse !!!

Ceci méritant quelques explications voici le pourquoi du comment mais, sans le parce que… because, je ne sais pas tout !

 

Je suppose que vous aussi, vous avez déjà vécu cette situation :

Vous êtes grave in love, vous ne vivez que pour lui, vous ne respirez que par lui, bref vous n’êtes rien sans lui ! Jusqu’au jour ou Monsieur Rêve-Eveillé décide de se transformer en abruti fini, gros bouffon ou pète-ovaires de renom *ou les 3 en même temps, ça n'est pas incompatible*. Et là, comme par hasard, il enchaîne les trucs insupportables qui donne envie de lui exploser la tronche contre le four à micronde *ou four à micro-ondes paske sinon Johann va nous péter une durite bien de chez nous*.

Alors Monsieur Cauchemar-Ambulant sort n’importe quand, n’importe ou avec n’importe qui. Vous le soupçonnez de vous tromper. Vous le soupçonnez de vous soupçonner vous. Vous devenez parano *la preuve : vous l’accusez d’avoir noyé votre chat alors que ce dernier miaule à vos pieds. Mais, sait-on jamais, un accusé en vaut deux !*. Mais, le pire ; le pire cet ahuri commence à ronfler !! Alors là commence la haine froide (et fatiguée) qui monte petit à petit. Ça devient invivable et vous vous quittez. Game-over, tout ce beau monde rentre chacun chez lui.

 

Et là, vous êtes tellement triste et au fond du gouffre que vous en venez à adorer tout ce qu’il faisait même sur la fin. Vous en venez même à vous dire : « Je donnerais tellement cher pour entendre à nouveau ces ronflements… ». Avec la larme à l’œil et la serpillière dans la main droite *un mouchoir ne suffisant plus à ce stade…*.

Jusqu’au jour où, soit vous vous retrouvez par je ne sais quel hasard dans son lit (malheureuse, on ne vous a jamais dit qu’un ex c’est un Satan en puissance ?!?), soit votre nouveau Monsieur Rêve-Eveillé Bis se met à ronfler aussi… Et là, c’est le drame !

Vous vous dites que vous êtes totalement siphonnée et que pour rien au monde vous avez envie d’être là à côté de cette chose qui produit des décibels de dingue *et vous auriez hurlé à l'escroquerie financière si jamais vous aviez payé pour le ravoir !*. Vous commencez par observer le plafond ou à contempler le noir épais qui vous entoure. Vous vous retournez dans tous les sens pour occuper un peu le temps. Vous allez aux toilettes *4 fois, il fait froid là-bas, mais au moins vous n’entendez plus rien*. Puis comme vous ne savez plus quoi glander, et que Monsieur Rêve-Eveillé (en possession de son passeport pour devenir Monsieur Cauchemar-Ambulant) à l’air de passer l’arme à gauche tellement il produit de sons bizarres, vous vous imaginez abrégeant ses souffrances au plus vite.

Surtout, qu’en dehors du fait que Monsieur vous empêche de dormir *ce qui est déjà pendable en soi* vous savez POURQUOI ce rustre vous en empêche !!

Il y a plusieurs causes aux ronflements, mais on peut en retirer 3 :

 - Le fumeur de longue date et le fumeur qui vient d’arrêter.

 - Les rhumes, et toutes les autres maladies qui encombrent les bronches.

 - L’alcool.

Vous l’aurez compris, pour plusieurs causes, c’est la faute de Monsieur !

Je ne parlerais que de ce que je connais c’est-à-dire la clope. Monsieur usait et abusait de ce substitut de téton maternel. À chaque virée avec ces potes, j’avais le droit à une haleine de marsouin doublé d’un bruit de tracteur en fin de vie. Monsieur savait qu’il allait troubler la nuit de sa chère et tendre moitié, mais il ne pouvait faire autrement. CQFD… Ou plus prosaïquement Monsieur n’en avait rien à secouer de mes nuits. Et encore moins de ma libido parce que, ne nous voilons pas la face : plaisir de la clope = souci technique au niveau plaisir au lit.

 

Il existe deux sortes de ronflements :

 - Le ronflement bouche ouverte. Alors là, en général, l’homme adore se blottir contre vous. Jusque-là, c’est chou. Quoique je déteste ça parce que ça tient chaud et qu’à la longue, on a l’impression d’avoir un cheval mort effondré sur soi. Mais, ceci est toujours accompagné d’un merveilleux courant d’air chaud qui vous arrive droit dans le nez. C’est absolument charmant les vapeurs de cendrier froid associés à l’haleine spéciale je-suis-en-train-de-digérer-mon-dîner-gargantuesque.

 - Le ronflement bouche fermée. Celui-ci a le mérite d’être moins odorant et vous occupe un peu. Si vous êtes comme moi et que vous aimez comprendre les mystères dont la Nature recèle, vous vous interrogerez une bonne partie de la nuit (puisque vous n’avez rien d’autre de mieux à foutre) sur « mais comment dont produit-il un tel vacarme ??? ».  (à savoir : le ronflement peut atteindre une intensité de 90 à 100 dB équivalent au passage d'un camion à proximité…).

Pour les traitements qui peuvent exister (enfin quelque uns) :

. de perdre du poids (si besoin),
. d'arrêter le tabac (qui produit une inflammation des muqueuses de la gorge et du nez),
. de ne pas consommer d'alcool dans la soirée (qui relâche les muscles de la gorge pendant le sommeil),
. de ne pas prendre de somnifère ou de tranquillisant (pour la même raison),
. d'éviter de dormir sur le dos (par exemple, en cousant une balle de tennis dans le dos de la veste de pyjama), si le ronflement survient préférentiellement dans cette position.

Ma conclusion Monsieur Rêve-Eveillé Bis n’en a rien de plus à faire de mes nuits que Monsieur Rêve-Eveillé Premier du nom ! Mais, quand vais-je dont pouvoir dormir pauvre de moi ?!?

 

Dans tous les cas, ronflement « ouvert » ou « fermé », l’image de sexy-boy de Monsieur Rêve-Eveillé tombe carrément à l’eau. Le lendemain, vous n’avez qu’une seule envie obsédante : dormir.  Et il ne vous viendrait carrément pas à l’esprit de vous accoupler amoureusement avec votre moissonneuse-batteuse…

 

Conclusion Messieurs Rêves-Eveillés : ronfler ou bai*er, il faut choisir !!!

 




13/02/2012
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres