Pouffe mais, point trop n'en faut !

Pouffe mais, point trop n'en faut !

"Un phallus, te dis-je !"

 

 Aujourd’hui visite de l’exposition « Pompéi » au musée Maillol avec ma mère. J’ai toujours eu une forte passion pour Pompéi. La seule chose que m’aura apporté mes quelques années d’étude du latin *en dehors des sales notes…*

Donc, nous arrivons en tout début d’après-midi fraîches comme un bouquet de roses fanées. Et, là commence les emmerdes… Nous ne pouvons pas entrer tellement il y a de monde à l’intérieur. Une nana s’impatiente derrière nous. Elle pousse, s’agite, parle toute seule, me fous des coups de coudes dans le dos tellement elle trépigne et fini par demander avec une voix gégniarde :  « On ne peut pas rentrer ? » . Moi de *très* mauvaise humeur : « Bah si, mais c’est plus fun d’attendre le déluge à l’extérieur… ». Finalement elle s’adresse directement à ma mère : « Vous ne pouvez pas pousser la porte ? J’ai quelqu’un qui m’attend à l’intérieur ? »  tout en poussant pour voir ce qu’il se tramait dedans. Ma mère, qui a une patience encore plus inexistante que la mienne, la toise et fini par lui dire froidement « Et bien allez y si ça presse tant que ça, au moins on aura la paix. ». *Ouais, la mère et la fille : même combat niveau amabilité !*

 

Une fois dedans (oui, quand même, on a fini à l’intérieur à force !) la queue encore. Puis proche de l’arrivée, 5 personnes se retrouvent propulsées devant le nez des personnes qui nous devancent. Cause : carte d’invalidité pour deux personnes mais, vue que c’est un groupe… Et gros bordel à nouveau, les « accompagnateurs » veulent des tarifs réduit *parce que bon hein, faut se les farcir les limaces !*. Du coup, les petits vieux derrière nous poussent leur gueulante : « Bon hé, on ne va pas y passer la nuit !! ». J’hallucine, les petits vieux qui sont excédés par leurs congénères petits vieux… ‘tin aucune compassion pour les confrères d’infortune ! Bref, une fois que tout le monde à bien râlé en postillonnant de partout, c’est bon, nous entrons au cœur de la chose.

Et là, ça n’est que horde de petits vieux partout. Nous sommes dans le temple du petit vieux gesticulant et hurlant à qui mieux mieux.

 

Vus tous les groupes qui n’avancent pas et braillent tout ce qu’ils savent pour un oui, pour un non. Les gens avec audio guides qui restent plantés pendant des plombes, le bec grand ouvert avec l’haleine de baleine échouée qui va bien avec, c’est galère de voir quelque chose. Je me faufile dans tous les coins un peu plus libres. Mais, ma mère ne suit pas. Elle a la fâcheuse manie de trouver tous les endroits les plus remplis de monde. Je vais donc la chercher pour éviter de devoir la récupérer dans une maison de retraite quelconque. Et là, elle me dit : « Attends, je n’ai pas pu voir l’espèce de dent là-bas ». Je z’yeute l’endroit indiqué et manque me bidonner sévère. « Maman, ça n’est pas une dent… C’est un phallus géant en terre cuite !! », « Hein ? Ah oui… ».

Certes…

 

Ce qu’il y a de bien avec les expos, ce sont les conneries que peuvent dire les gens… (Bien pour ça que je ne dis jamais rien, en dehors du fait que ma mère soit dur de la feuille et que du coup, j’aurais l’impression de tenir une conférence.). Donc, un groupe de nanas s’amène près des « statues » qui ont été faites des corps qui étaient conservés dans la cendre. Profondes interrogations :

  - « Ils vivaient à poils à cette époque là ? », « Bah oui, ça ne t’arrive jamais ? » …

  - « Pourquoi le chien et les gens ont des positions bizarres ?  Ils étaient si pervers que ça ? ».

Une des nanas du groupe avec un tantinet plus de jugeote : « Non mais, Duconne tu crois quoi ? Toi tu serais resté avec des poses de stars pendant que la cendre brûlante et les émanations de fumée te rentraient dans les poumons ?? ». *Bien vue la taupe !*

Arrivée à l’endroit des ustensiles de cuisine, j’attendais de voir qui allait sortir la blagounette qui ressort TOUJOURS devant les poêles et autres plats pour chauffer : « Ah ah, ils n’avaient pas de revêtement Tefal à l’époque !! ». Dieu, que les gens sont perspicaces… ça n’a pas loupé, la médaille est revenu cette fois ci à papi au bonnet rouge. Congratulation !

 

Bref, expo vraiment cool. Je n’ai pas appris grand chose, mais j’ai ressenti ce petit je-ne-sais-quoi au cœur qui arrive à chaque fois que je vois ou lis des choses sur Pompéi. Vraiment sympa, mais la prochaine fois, nous ne nous laisserons pas avoir et irons plus vers l’heure du repas. Peut-être que les troupeaux de petits vieux seront alors devant Les feux de l’amour… !

 
Capture d’écran 2016-04-07 à 02.39.16.png

 



09/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres