Pouffe mais, point trop n'en faut !

Pouffe mais, point trop n'en faut !

Une maman c'est de l'or

   Mes pauvres ami(e)s, je vous ai quelque peu délaissés ces derniers temps. A vrai dire, je n'ai pas eu grand chose de bien palpitant à vous raconter. En fait, parce que je ne peux pas toujours taper dans la déconnade et que là, j'ai eu un ennui assez important avec ma grand-mère qui est à l'hôpital et ma propre maladie qui ne me laisse guère de repos *et encore moins l'envie de me marrer*.

 

Donc, aujourd'hui, pas de comique. Simplement une petite envie de vous faire partager la petite grisaille de ma bulle toute rose... En fait, j'ai un petit coup de mou par rapport à ma mère. Elle se sent seule et désespérée face à ma maladie galopante. Et cela me rend triste et me donne un petit sentiment de culpabilité. En fait, je me rend compte que personne dans son entourage n'a l'air de percuter, et de s'intéresser, à ce qu'elle vie. Elle a rarement quelqu'un qui va lui demander de mes nouvelles. En fait, on ne l'a prend pas au sérieux (tout comme moi-même quand j'en parle...).

 

Je crois qu'elle aimerait beaucoup recevoir un petit mot de compréhension. Une petite attention. Ou une phrase telle que "étant mère moi-même, je n'ose imaginner l'angoisse que tu peux avoir". Non, elle a simplement eu une fois, une de ses amies qui lui a dit : "bien je préférais avoir une fille malade comme la tienne, plutôt que la mienne qui vit avec un musulman.". Avec ma mère, nous en avons rigolé mais, ça n'était vraiment pas drôle et cela a bien prouvé à quel point l'amie n'avait rien compris de la situation. Et puis, c'est choquant ! Comment peut-on dire à quelqu'un "je préférerais avoir ce que tu as" quand on sait que la personne ne se sort pas de la situation dans laquelle elle est ?

 

Enfin voilà, ce petit article sur l'impression de solitude de ma maman. Même si elle ne le lira pas, je voulais simplement laisser une trace quelque part pour dire que je trouve ma mère admirable face à moi et ma maladie. Je suis heureuse qu'elle s'occupe de moi comme cela et je lui suis profondément reconnaissante pour tout ce qu'elle a déjà fait pour moi et enduré par la même occasion. Même si nous sommes seules dans ma bulle de souffrance et d'angoisse, au moins, nous sommes toutes les deux, et ça c'est un grand soulagement.

 

Merci maman.

 



29/05/2012
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres